Skip to content

Le sommeil de votre bébé

Partager sur facebook
Partager sur email
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp

Ça y est, vous êtes de retour à la maison avec bébé! C’est un moment de bonheur, d’émotions… et de grande fatigue! En effet, les patrons de sommeil de votre bébé ne ressemblent pas du tout aux vôtres. Le sommeil de votre bébé est fragmenté, c’est-à-dire qu’il dort pendant de courtes périodes de deux ou trois heures, autant durant la nuit que le jour. Pourquoi? Son rythme circadien n’est pas encore établi. Sachez que c’est tout à fait normal. Ainsi, si vous êtes le parent d’un nouveau-né, vous savez que même si ce petit ange dort environ 14 à 17 heures par jour, cette période n’est pas de tout repos!

Qu’est-ce que ça veut dire, faire ses nuits?

C’est une très bonne question! Quand un parent demande à un autre, est-ce que ton bébé fait ses nuits? Il est possible que tous les deux n’aient pas la même définition en tête. Faire ses nuits ne réfère pas à la durée totale du sommeil, mais plutôt à la capacité du nourrisson de dormir plusieurs heures consécutives. Cela veut donc dire dormir plusieurs heures de suite sans se réveiller ou du moins, sans signaler l’éveil à son parent. Il existe différentes définitions, mais la plupart du temps, on parle de 6 heures de sommeil sans interruption.

Quand mon nourrisson fera-t-il ses nuits?

C’est une question que bien des parents se posent donc rassurez-vous, vous n’êtes pas les seuls à vous questionner! Bien que l’on entende souvent que les bébés commencent à faire leurs nuits autour de 6 mois, plusieurs études ont montré qu’il existe de grandes différences entre les nourrissons. Certains enfants consolideront leur sommeil plus tôt et d’autres bien plus tard. Il est très important que votre nourrisson dorme suffisamment chaque jour, c’est important pour sa santé et pour son développement. Par contre, le fait de faire ses nuits plus ou moins rapidement n’a pas été spécifiquement associé à des problèmes de développement, si la durée totale du sommeil ne s’en trouve pas écourtée. Il ne faut donc pas vous inquiéter si votre nourrisson ne fait pas ses nuits et ce… même si le bébé de votre voisine a le même âge et y arrive. Il faut respecter le rythme de votre enfant. D’ailleurs, rappelez-vous, votre voisine n’a peut-être pas la même définition que vous! Il faut donc éviter de comparer les bébés entre eux, ce qui pousse plusieurs parents à s’inquiéter inutilement. Malheureusement, beaucoup de parents ressentent une pression pour que leur bébé fasse ses nuits rapidement, ce qui s’ajoute à leur privation de sommeil.

Et lorsque mon bébé fait ses nuits, est-ce réglé pour toujours?

Une autre situation très commune : un bébé dort de façon consolidée durant une nuit et ses parents s’imaginent que cette étape est maintenant réglée. Et c’est très tentant d’imaginer cela! Malheureusement, ce n’est pas tout à fait comme ça que cela se passe. Dormir, c’est un peu comme marcher, les bébés n’y arrivent pas du premier coup et parfois, ils tombent pendant leur apprentissage. On voit rarement un parent s’inquiéter parce que son bébé est tombé alors qu’il apprenait à marcher, craignant qu’il n’y arrive plus jamais… Pourtant, on entend très souvent ce type d’inquiétude par rapport au sommeil. Rassurez-vous, bien que cela puisse parfois être décourageant, il est tout à fait normal que pendant plusieurs semaines, voire plusieurs mois, votre bébé alterne entre faire ses nuits… ou non! D’ailleurs, tout au long de sa vie, le sommeil de votre enfant continuera d’évoluer et pas toujours au même rythme.

Stratégies pour aider votre bébé à s’endormir par lui-même

Il est bon de savoir que même si votre bébé dort plusieurs heures de suite, il est probable qu’il se réveille de temps à autres et se rendorme par lui-même. Peut-être êtes-vous découragés quand vous l’entendez se réveiller…? Existe-t-il des façons d’accompagner votre bébé pour qu’il s’endorme et se rendorme lui-même? Différents facteurs sont en jeu dans ce processus. Certains de ces facteurs sont internes, c’est-à-dire qu’ils dépendent de votre bébé et qu’il vous sera difficile d’intervenir à cet effet. C’est le cas notamment des facteurs génétiques, de sa maturation cérébrale ou de son tempérament. D’autres facteurs sont externes à l’enfant, notamment des facteurs environnementaux et sociaux. Ce sont les éléments sur lesquels vous pouvez intervenir :

1. La lumière

Durant la journée, il est conseillé d’aller à l’extérieur afin d’exposer votre bébé à la lumière naturelle.

2. Une chambre obscure la nuit

Au contraire, il est important de limiter les sources de lumière lorsque l’heure du coucher approche, en tamisant les lumières durant la soirée et en privilégiant une chambre sombre.

3. Réduire au minimum les interactions pendant la nuit

Durant les éveils nocturnes, il est également recommandé de minimiser les interactions et de conserver cette ambiance calme et tamisée. Ainsi, même si vous changez la couche ou que vous nourrissez votre bébé durant la nuit, essayez de moins interagir et de limiter l’intensité de la lumière, afin qu’il puisse tranquillement comprendre la différence entre le jour et la nuit.

4- Intégrer une routine

À mesure que votre bébé grandit, vous pouvez intégrer tout doucement une routine relaxante avant le coucher, composée de quelques éléments simples et calmes, qui se répéteront chaque soir dans le même ordre. Par exemple, prendre un bain, mettre le pyjama, lire une histoire et chanter une berceuse. En effet, instaurer une routine rassurante et prévisible permettra à l’enfant de se calmer, facilitant ainsi son endormissement.

6. Les massages

Certains enfants apprécient les massages, si c’est le cas du vôtre, vous pourriez l’intégrer à votre routine.

6. Eviter les écrans

Comme pour les adultes, les bébés peuvent être sensibles à la lumière bleue des écrans. Ils sont donc à éviter en soirée et la nuit également durant les boires et les changements de couches.

Pourquoi mon nourrisson se réveille-t-il?

Il est souvent difficile pour toute la famille, les parents et la fratrie, de se faire réveiller plusieurs fois par nuit. Certains enfants ont aussi de la difficulté à se rendormir suite à un éveil. Il existe plusieurs raisons pour lesquels un nourrisson se réveille ou à de la difficulté à s’endormir ou se rendormir, par exemple:

  • Il n’est peut-être simplement pas rendu à cette étape.
  • Il a un problème de santé transitoire (rhume, toux, otite…).
  • Il a peut-être besoin qu’on change sa couche.
  • Il franchit une nouvelle étape développementale. C’est souvent le cas lorsque les enfants apprennent à marcher ou lors de poussées dentaires.
  • Il y a eu un changement de routine important (par exemple, une nouvelle personne qui s’occupe de lui ou un déménagement).
  • Il a peut-être compris, suite à l’un de ces changements, que s’il se réveille et appelle ses parents, il peut les voir la nuit et ça le rassure.

 

Dois-je intervenir?

C’est la question que plusieurs parents se posent et il n’existe pas de réponse toute faite. Selon leur culture, leurs valeurs et leurs préférences, les parents utilisent différentes pratiques liées au sommeil, comme c’est le cas pour différents aspects de l’éducation. Il est important d’en parler entre parents, pour trouver la meilleure méthode qui nous convient! Plusieurs informations contradictoires circulent sur le sommeil des bébés et il est parfois difficile de s’y retrouver!

Certains parents préfèrent endormir leur bébé dans leurs bras, alors que d’autres préfèrent que leur bébé s’endorme de façon autonome. Il n’y a pas une bonne ou une mauvaise façon de faire. Toutefois, il faut savoir que le bébé aura probablement besoin de s’endormir de la même façon qu’au coucher lorsqu’il se réveillera durant la nuit. De plus, si vous souhaitez changer votre façon de faire, il faut s’attendre à le faire de façon graduelle. Il est important que l’arrangement de sommeil choisi soit sécuritaire. Toutefois, il en existe en large éventail. Voici différentes approches utilisées par les parents:

1.

Certains choisissent simplement de ne pas se précipiter lorsque leur bébé se réveille, de façon à lui donner la chance de se rendormir.

2.

Certains parents restent près de leur bébé pour qu’il se rendorme ou ils aménagent un lit temporaire dans la chambre de leur bébé.

3.

D’autres parents préféreront installer la bassinette dans leur propre chambre. Selon l’Agence de la santé publique du Canada, il est recommandé de partager la chambre (mais non le lit) avec votre nourrisson pendant les 6 premiers mois de vie, en installant un lit d’enfant dans votre chambre. Certains parents sont plus à l’aise de poursuivre avec cet arrangement, même après l’âge de 6 mois, notamment pour faciliter l’allaitement.

4.

Lors des éveils, certains parents décident de calmer leur bébé de façon graduelle. Vous pouvez lui parler ou le caresser, sans nécessairement le prendre dans vos bras.

5.

Pour beaucoup de jeunes enfants, un objet transitionnel, c’est-à-dire un toutou/doudou ou une couverture peut symboliquement représenter le parent et aider l’enfant à se réconforter. C’est encore mieux s’il a votre odeur! Pensez à adapter cet objet à l’âge de votre enfant, pour s’assurer que ce soit sécuritaire.

6.

Certains parents ont envie d’utiliser une méthode d’entraînement au sommeil de type comportemental. Il en existe différentes variantes, mais le principe de base est de ne pas répondre tout de suite au nourrisson, pour qu’il puisse se rendormir par lui-même. On entend souvent parler du 5-10-15. Cette technique propose que, après être allé voir une première fois l’enfant qui s’éveille en pleurant pour s’assurer qu’il n’y a pas de problème particulier, le parent attendra ensuite 5 minutes si l’enfant recommence à pleurer quand le parent quitte la chambre avant d’aller de nouveau réconforter son enfant. Si les pleurs se poursuivent, il attendra 10 minutes avant de retourner voir l’enfant et ainsi de suite. Il est aussi possible d’utiliser des intervalles plus courts. On ne devrait pas utiliser cette méthode chez les bébés de moins de 6 mois.

7.

D’autres parents décideront de rester auprès du bébé pendant l’endormissement, mais de reculer un peu chaque soir. Ainsi, le premier soir, le parent pourra être prêt du lit, le lendemain, reculer de quelques pas, pour finalement être dans le corridor après quelques nuits. On appelle souvent cette pratique la technique de la chaise, qui peut ainsi être reculée un peu plus chaque soir.

8.

Bien que la plupart des méthodes décrites concernent les bébés, il est aussi possible d’aider le parent directement! Ainsi, en rassurant le parent et en lui expliquant qu’il est normal qu’il y ait des fluctuations d’une nuit à l’autre, il est souvent possible d’apaiser une situation de tension qui aura un effet bénéfique sur toute la famille. Il est important d’avoir des attentes réalistes quant au sommeil de votre nourrisson.

Dans tous les cas, même si vous êtes fatigués, il ne sert à rien de vous fâcher contre votre bébé. Il ne fait pas exprès de se réveiller! Votre colère et votre agitation risquent de le réveiller encore plus. Si vous vous sentez dépassés, demandez de l’aide à votre partenaire ou appelez quelqu’un de confiance.

Quand devrais-je consulter?

Consultez un professionnel de la santé, médecin de famille, pédiatre, infirmière, psychologue si:

  • Vous avez des inquiétudes quant au sommeil de votre bébé.
  • Son état général se détériore.
  • Vous ne vous entendez pas avec votre partenaire sur la façon d’intervenir par rapport au sommeil de votre enfant.
  • Vous vous sentez dépassés par les éveils de votre bébé, vous vous sentez épuisés ou déprimés pendant plusieurs jours.
  • Vous pensez que les éveils de votre bébé sont causés par une difficulté physiologique (par exemple, ronflement, apnées ou autre trouble de sommeil).
  • Pensez-y! Lors de votre consultation médicale, pensez à préciser au professionnel de la santé quelles sont vos attentes, quel est votre but, ce qui est problématique pour vous et quelles sont vos valeurs familiales. Vous avez le droit de ne pas vous sentir à l’aise avec certaines suggestions et il est alors utile d’entamer une discussion constructive.

Conclusion

Les patrons de sommeil varient grandement d’un bébé à l’autre, et même d’une nuit à l’autre chez le même bébé. Donc, ne vous inquiétez pas si votre bébé ne fait pas ses nuits à un âge précis ou si son sommeil fluctue d’une nuit à l’autre. Il ne sert à rien de comparer votre bébé à un autre. Les patrons de sommeil, comme bien d’autres aspects du développement, évoluent de façon différente selon les bébés. Comme nous l’avons vu, de nombreux types de facteurs peuvent influencer les patrons de sommeil du nourrisson. Vous pouvez intervenir sur certains, mais pas sur tous! Finalement, il est important de respecter vos valeurs familiales tout en portant attention à la sécurité de votre bébé.

Chers parents, le dossier « Devenir parents et manquer de sommeil » pourraient aussi vous intéresser.

10 conseils simples pour un meilleur sommeil